Tuesday, April 08, 2008

Israel - Part III (Final)



Je passai les trois prochains jours sur le camping, méditant tranquillement pendant des heures, tentant désespérément de faire apparaître une force divine. Je tâchais de trouver l’éclaircissement tant recherché et souhaité - le but d’un pèlerinage en Israël. Je me concentrais sur mes photos de Jérusalem, comme celle d’une pelote de laine de laquelle la robe de Jésus avait été faite, m’avait-on dit.

Mais rien n’arriva.





Frustrée, je décidai d’aller dans la petite ville à 2km de Hetzbasheket. Le soleil estival tapait fort, et je me réfugiai dans un petit zoo pour me rafraîchir dans l’ombre.



« Les porcs-épics sont les seuls rongeurs à rester monogames pendant toute leur vie. Une fois ensemble, ils ne se quittent jamais. »

J’écoutai à moitié la présentation d’une visite guidée et étudiai les vitrines d’animaux. Je m’arrêtai à la section des oiseaux ; le perroquet derrière la vitre sembla me regarder fixement dans les yeux.

« Je peux vous aider, miss ? Une voix timbrée me fit sursauter.
Oh ! C’était l’employé du zoo, qui sembla deviner que je n’étais pas du coin.
Euh, oui, hésitai-je, sauriez-vous ce qu’on peut visiter ici en ville ?

C’était un hippie, vêtu d’une chemise décontracté en lin orange, tissu aussi blanchie par le soleil que sa peau bronzé. «Samuel », indiquait son badge.

Hmm. Ben écoute, si vous voulez, je finis d’ici 5 minutes. Je peux vous faire une visite de la ville si ça vous intéresse. Je dois juste rendre un livre à la bibliothèque avant.
OK, merci ! » répondis-je.

On marchait côte à côte au milieu de la rue, sur le goudron noir cuit par la chaleur.

« Ça te fait pas mal ? demandai-je en pointant ses pieds nus.
Parfois, avança-t-il, mais je préfère sentir le monde sur lequel je marche. »

J’acquiesçai. On arriva enfin à une bicoque peinte en jaune, des lettres bleues hébraïques tracées dessus. Dedans, un canapé ramolli par le temps et deux étagères remplies de livres. Il n’y avait personne.



« C’est la bibliothèque ? » me demandai-je.

Samuel sortit une carte d’une enveloppe blanche posée sur les étagères de la bibliothèque, écrit dessus, et la remit. Je commençai à comprendre la vie à Mitzpe Ramon.



A partir de ce moment là, je décidai de changer de stratégie. Au lieu de chercher les réponses à des questions existentielles, je jouai au didgeridou avec Samuel. Peu importe la visite du Jourdain - je regardai le coucher de soleil avec Emilie et ses copines. J’étais venu en Israël retrouver ma foi. Mais si j’avais bien renouvelée ma foi, ce n’était pas en dieu.

« Merci Emilie, dis-je en partant. Tu sais, dans mon pays, on se méfie des inconnus.
– Bizarre ! s’exclama-t-elle, rigolant avec ses amies.

The End.

So, yup. True story. Never did find that faith thing...

-

7 comments:

Eugene said...

Babelfish did a hilarious job of translating your story. I have a semi-vague idea of what happened, although for all I know you were drafted into the Israeli army and won their version of the Victoria Cross. Babelfish is just that good.

Kate said...

I can manage with it, except for those confusing tenses. I am rusty though! est-ce que vous pouvez l'ecrire en anglais? s'il vous plait? ;)

Kate said...

(I did say I was rusty...:$)

Kered said...

Superbe ton histoire !
Autant dans le fond que dans la forme: ton style en français est tout simplement excellent!
Merci de nous avoir fait voyager par procuration =)

Angelica said...

Merci Fabien ! Ça m'a fait beaucoup plaisir de pouvoir enfin écrire en passé simple ! C'était ma première tentative de l'utiliser.

And lol! I just tried my page in Google Translate - it is HILARIOUS. Stuff like timbrée - which is to describe a certain instrument-like quality (timbre, you know) got translated to Stamped (timbre = stamp).

And "Je souris" (I smiled, passé simple) became "I mouse". Hahaha!

I blame it on the fact that I used this verb tense commonly used for fluffy novels, whereas I believe Google Translate uses documents that are more "realistic", such as web documents and UN proceedings.

Anyway, I might try for an english translation in the future, but not this week. Paper deadline in 6 days, and I actually plan on submitting!!

Kate said...

that's cool.

Kered said...

Au présent de l'indicatif, on écrit aussi "Je souris"... c'est bien Google qu'il faut blâmer ! ;)